Les Châteaux - Bordeaux

  • Château Tour des Graves

    Depuis 1878, l'exploitation viticole, située à Saint-Seurin-de-Cadourne, dans le département de la Gironde, pratique de père en fils la culture de vignes et s’occupe avec passion de la production de vins Château Tour des Graves.

  • Château Langoa Barton

    C'est en 1821 que Hugh Barton, irlandais d'origine, acquiert ce domaine situé entre Beychevelle et Saint-Julien, dans l'est de l'appellation Saint-Julien, face à la Gironde. Quelques années plus tard, Barton continue ses acquisitions avec le château Léoville Barton. La qualité de Langoa-Barton lui vaut d'être classé Troisième Grand Cru en 1855 et de n'en plus bouger depuis.

    Le vignoble couvre 18 hectares de graves sur un sous-sol argileux, avec une présence caillouteuse et un ensoleillement qui favorisent des raisins riches et concentrés. L'encépagement fait la part belle au cabernet sauvignon avec 70% de la surface. Viennent ensuite le merlot pour un quart et le cabernet franc pour le vingtième restant.

    Aux côtés de la famille Barton, on trouve Jacques et Eric Boissenot, père et fils qui conseillent de nombreux domaines parmi les plus prestigieux comme Lafite-Rotschild ou Beychevelle.

    Au chai, le bois domine largement, avec des cuves et des barriques en chêne, majoritairement neuves. Dans les bouteilles de ce domaine en regain de forme, vous trouverez le meilleur de Saint-Julien.

  • Château Larrivet Haut Brion

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    

  • Château Franc Mayne

    Le Château Franc Mayne est situé au sein de l’appellation Saint-Emilion. Le domaine a compté de nombreux propriétaires successifs, dont AXA de 1984 à 1996. Depuis 2005, il est la propriété de Griet Van Malderen-Laviale et son époux Hervé Laviale, déjà propriétaires du Château de Lussac. Son vignoble s’étend dans la partie nord-ouest de l’appellation. Le Château Franc Mayne bénéficie de trois des terroirs les plus qualitatifs de Saint-Emilion. Ceci confère naturellement à ses vins une expression de finesse, de complexité et de vivacité.

  • Clos des Jacobins

    Le Clos Des Jacobins se trouve au coeur des grands terroirs de Saint-Emilion. Depuis le 17e siècle, le vignoble est d'un seul tenant autour des chais. Après avoir été élevé au rang des plus grands vins de Saint-Emilion entre 1940 et 1950, le cru a souffert d'une baisse de notoriété. Cependant, Clos des Jacobins est classé depuis les origines (1955). Aujourd'hui, il a regagné son statut passé et a remporté la Coupe des Grands Crus Classés de Saint-Emilion à Hong-Kong en 2006.

  • Château Lynch-Bages

    Au niveau des seconds crus classés du Médoc
     
    Château Lynch-Bages doit son nom à la famille Lynch qui en fut longtemps propriétaire, et au célèbre plateau de Bages à Pauillac. Le domaine Lynch a été divisé en 1835 à la mort du comte J-B Lynch, ancien maire de Bordeaux, en deux châteaux : le Château Lynch-Bages et le Château Lynch-Moussas. Château Lynch-Bages appartient à la famille Cazes depuis 1934. Jean-Michel Cazes qui a passé, depuis peu, la main à son fils Jean-Charles, a durant plus de trois décennies, élevé Château Lynch-Bages à la hauteur des seconds crus classés alors qu’il n’appartient qu’aux 5 èmes crus classés. Les vins de ce domaine familial bénéficiant des conseils de Daniel Llose, sont d’une régularité sans faille. Château Lynch-Bages réalise un second vin en appellation Pauillac, Haut-Bages Averous.

    Domaine noté: La RVF 2014: 2** (très grand domaine, un incontournable)Bettane & Desseauve 2014: 4BD (producteur de très haute qualité)

  • Château Trotanoy

    L'un des meilleurs domaine du plateau de Pomerol
     
    Château Trotanoy est la propriété des Établissements Jean-Pierre Moueix depuis 1953. Trotanoy signifie en vieux français « trop anoi » ou « trop ennuie » en raison du travail monotone de la terre dans ce lieu. Cette propriété d'un peu plus de 7 hectares dispose pourtant d’une situation privilégiée sur le fameux plateau de Pomerol tant du point de vue exposition que sol et sous-sol (graves argileuses, argiles noires, crasses de fer). Si Château Trotanoy est voisin du célèbre Petrus, il ne lui ressemble pas vraiment en matière de vin et possède sa propre identité: droit, structuré, profond, intense, frais. Château Trotanoy possède des vignes d’une trentaine d’années à dominante de merlot à 90 % et de 10 % de cabernet franc. C’est Jean-Claude Berrouet qui a vinifié Château Trotanoy jusqu’en 2007 avant de passer la main à son fils Olivier et à Éric Murisasco. Château Trotanoy est l’un des fleurons de l’appellation pomerol, d’une très grande régularité avec de grands potentiels de garde.
  • Château Desmirail

    Producteur de vins d'exception
     
    A la fin du XVIIème siècle, Le Château Desmirail est fondé par Jean Desmirail, avocat et futur Président au Parlement de Bordeaux. Desmirail demeure dans la famille jusqu’à la moitié du 19ème siècle. Plus tard, lors du célèbre Classement des Vins de Bordeaux de 1855, M. Sipière, également régisseur du Château Margaux en fait l'acquisition. En 1981, le célèbre négociant en grands vins de Bordeaux, Lucien Lurton acquiert cette propriété de 38 hectares. Grand passionné du vin, c’est son fils Denis Lurton qui gère le domaine avec brio avec l’aide des deux œnologues Jacques Boissenot et Antoine Médeville depuis 1992. Typiques de l'appellation Margaux, les vins allient à la fois élégance, finesse et distinction. Le Château produit un second vin : Initial de Desmirail.
  • Château Haut Condissas

    Haut Condissas, un classique du Médoc
     
    Chez Jean Guyon, la volonté de réussir tout ce qu’il entreprend est enracinée aussi profondément que ses vignes dans ce terroir argilo-calcaire du quaternaire de Bégadan. Avec son franc-parler coutumier, Jean Guyon, avoue clairement s’être donné les moyens financiers et humains pour faire de Rollan de By une référence en Médoc. Ses ambitions de vigneron sont très précises : tirer la qualité vers le haut et faire découvrir les richesses de ce terroir. Aujourd’hui, les Châteaux Haut Condissas (1995), Tour Seran (2000) et La Clare (2001) forment, avec Rollan de By, un ensemble viticole de très haute qualité. Au début de cette aventure, en 1989, Rollan de By ne fait que deux hectares de superficie. Aujourd’hui, le domaine en compte 83 en production à Bordeaux.
  • Château Kirwan

    Troisième Grand Cru Classé de Margaux
    Kirwan, le joyau de la famille Schyler
     
    Château Kirwan fût longtemps connu sous le nom de La Terre Noble de la Salle.  Au début du dix huitième siècle le domaine fût vendu à Sir John Collingwood, un négociant de vins établis à Bordeaux. Lorsque ce dernier maria sa fille à un Irlandais, Mark Kirwan, la propriété fût baptisée du nom du gendre. Château Kirwan acquiert rapidement une excellente réputation au point que Thomas Jefferson, alors ambassadeur en France et grand amateur de vin, mentionne ce cru de Margaux dans ses mémoires.  La reconnaissance de la qualité des vins de Kirwan fût parachevée avec le classement de 1855, où Château Kirwan devint troisième grand cru classé. C’est en 1925 que des négociants de la place de Bordeaux, les Schyler, se portèrent acquéreurs de Château Kirwan. Longtemps endormi, Château Kirwan ne se réveilla que dans les années cinquante sous l’égide de Jean-Henri Schyler qui entreprit de vastes travaux au château et dans les vignes. Peu à peu, Château Kirwan devint le vaisseau amiral du négociant Schroder & Schyler. Depuis le  début des années 1990, Château Kirwan profite de l’expertise de Michel Rolland. Ce voisin de Château Prieuré-Lichine compte aujourd’hui parmi les grands noms de l’appellation Margaux. Château Kirwan produit un second vin : les Charmes de Kirwan.
  • Château Labegorce-Zédé

    Cru bourgeois de Margaux
    L'un des meilleurs représentants des Crus Bourgeois
     
    Château Labégorce est une propriété située sur l’appellation margaux et qui appartient à la famille Perrodo grâce au feu Hubert Perrodo, disparu accidentellement. Gorce était un patronyme très répandu dans le Médoc au Moyen-Âge, et les origines de la propriété remonteraient à cette époque avec un abbé qui s’appelait ainsi « L’abbé Gorce ». Après la Révolution, la propriété fut morcelée en trois parties : Gorsse de Gorsse, Labégorce et enfin Labégorce-Zédé. L’amalgame est souvent réalisé avec ses différents domaines qui appartiennent pourtant à la même famille. Un projet de réunir les différentes parcelles pour faciliter les choses est envisagé. Issu d’un vignoble de 27 hectares, Château Labégorce Zédé est très apprécié des amateurs de Margaux, il est dirigé par la fille d’Hubert Perrodo, Nathalie depuis 2006. La plupart des millésimes récents sont considérés par les critiques comme d'indéniables réussites.

  • Château d'Agassac

    Cru Bourgeois Supérieur du Haut-Médoc
    Château d'Agassac, une qualité aussi constante qu’indéniable
     
    La construction du magnifique Château d’Agassac avec tours, douves et pont-levis, daterait du XIe siècle. Plusieurs seigneurs occupèrent l’endroit en perpétuant l’activité vinicole dans cette partie du Haut-Médoc. Fin XIXème, les vins de ce château furent commercialisés sous le nom de Château Ludon et Château Pomies et obtinrent un grand succès en Hollande. En 1996, Château d’Agassac a été racheté par les assurances GROUPAMA à la célèbre famille bordelaise Gasqueton. C’est aujourd’hui Jean-Luc Zell qui dirige de main de maître ce château qui réalise des vins remarquables et remarqués.
  • Château Citran

    Citran, un Médoc au style souple et accessible
     
    Château Citran voit ses origines remonter au Moyen-âge. Après avoir connu une foule de propriétaires, Citran entre dans le patrimoine de la famille Miailhe au sortir de la seconde guerre mondiale. Cette famille de négociants Bordelais, par ailleurs détentrice de Château Coufran, investit beaucoup dans la propriété avant de la céder en 1987 au groupe Japonais Touko Haus. Dix ans plus tard, ce spécialiste de l’immobilier vendit Château Citran au groupe Groupe Taillan de Jacques Merlaut. Ce groupe compte plusieurs marques prestigieuses du Médoc : Haut-Bages Libéral, Gruaud Larose, Ferrière et Chasse Spleen. Château Citran compte aujourd’hui quatre vingt dix hectares de vignes entièrement classées en appellation Haut Médoc. Ces vignes situées à l’ouest de Margaux consacrent la dominance du Carbernet Sauvignon sur le Merlot. Réputé pour leur qualité, les vins de Château Citran se classent parmi les meilleurs des crus bourgeois du Médoc. Le style boisé et massif caractéristique du cru il y a de cela une décennie a fait place à des vins souples, élégants et accessibles.
  • Château La Tour Carnet

    Le grand Médoc de Bernard Magrez
     
    Château La Tour Carnet se nommait auparavant Château Saint-Laurent, nom de la commune sur laquelle il est situé. Ce domaine avec sa tour médiévale datant de 1120, est sans conteste le plus ancien du Médoc. La famille de Michel de Montaigne, grand philosophe français, fut un de ses célèbres propriétaires. Château La Tour Carnet tombe en 2000 dans l’escarcelle de Bernard Magrez, détenteurs entre autres de Château Pape Clément et Château Fombrauge. Ce 4ème cru classé du Haut-Médoc bénéficie de la complicité de l’œnologue Michel Rolland qui est un des plus fidèles collaborateurs de Bernard Magrez. Les efforts entrepris au domaine par les deux hommes et la directrice Anne Le Naour, ont permis de réaliser à Château La Tour Carnet , des vins modernes qui régalent de nombreux amateurs.
  • Château d'Armailhac

    Élevé dans le sillage du prestigieux Mouton-Rothschild
     
    Château d’Armailhac voit le jour au 18ème siècle grâce à la volonté de Dominique d'Armailhacq. C’est ce dernier qui en achetant des vignes à Nicolas-Alexandre de Ségur, fonda le domaine. A cette époque celui que l’on surnomme le prince du vignoble cède ses vignes de Pauillac. Cette vente donnera ainsi naissance à 3  domaines: Brane-Mouton (Mouton-Rothschild), Pontet Canet et Armailhac. Au fils des ans, Dominique agrandit sa propriété tant et si bien qu’il acquiert même la fameuse croupe des Carruades. Plus tard, les successeurs du fondateur vendront les Carruades à Château Lafite pour améliorer la situation financière de Château d’Armailhac. En 1933, la propriété est acquise par Philippe de Rothschild. Sous la conduite du célèbre baron, la propriété est rénovée et le vignoble replanté. Après avoir été appelé "Mouton Baronne Philippe", ce n’est qu’en 89 que ce grand cru classé acquiert le patronyme qu’on lui connaît. La Baronne Philippine de Rothschild, qui tient beaucoup à ce vin, le débaptisa pour qu’il retrouve une partie de ses origines d’antan quand, lors du classement de 1855 des vins de Bordeaux, il se nommait Château Mouton d’Armailhac. Château d’Armailhac est voisin de Château Mouton-Rothschild qui fait partie du même groupe. Une partie des anciennes barriques de ce 1er cru classé, sert à l’élevage de son petit-cousin. Château d’Armailhac représente une très belle valeur de l’appellation, tant en matière de prix que de plaisir.

Filtrer la liste

Classification

Prix

5 € - 1790 €

En promotion