Qu’est-ce qu’un cépage ?

Tout simplement, un cépage est une variété de raisin. A l’origine, il en existe plus de 1000, tous issus d’un seul et même ancêtre. Des fossiles de vignes datés d’avant l’apparition des premiers Hommes ont été retrouvés sur plusieurs continents. Depuis cette première espèce il y a des millions d’années, la vigne a évolué et connu de nombreuses transformations par la main de l’Homme.

Au fil du temps, certaines espèces ont été privilégiées ou croisées entre elles afin de s’adapter aux différents climats et types de sol ainsi que pour maximiser les rendements, c’est pourquoi l’on compte aujourd’hui plus de 200 cépages différents, et ce seulement en France. 

Il existe des cépages noirs (pinot noir, cabernet sauvignon, merlot, grenache noir, syrah…) qui sont principalement à l’origine du vin rouge, et des cépages blancs (chardonnay, riesling, chenin…), desquels provient généralement le vin blanc. Lorsqu’un vin est issu d’un seul et même cépage, il est alors appelé “monocépage”. A l’inverse, on rencontre souvent des vins d’assemblage, faits à partir de plusieurs cépages. Ces associations de cépages peuvent s’effectuer au moment de la récolte ou au cours de la vinification. Les vins du Bordelais sont particulièrement connus pour leurs assemblages qui varient selon les appellations. Le prestigieux Saint Emilion par exemple, est un assemblage de merlot et de cabernet-franc.

Si certains cépages sont dominants dans une région et absents d’une autre, c’est parce que les différentes espèces ont leurs préférences climatiques et ne donnent pas les mêmes arômes selon leur environnement. Certaines variétés sont cultivées au nord, d’autres dans les zones méridionales : le Gamay par exemple apprécie le climat continental tempéré de Bourgogne, la Syrah ou le Grenache raffolent du soleil du sud, tandis que le cabernet sauvignon se délecte de la chaleur du Bordelais où il représente 30 % de l’encépagement du territoire.

Pourquoi s’intéresser aux cépages ?

Apprendre à connaître les différents cépages, leur histoire et leurs caractéristiques gustatives permet d’appréhender l’univers du vin avec des bases solides. Vous pourrez rapidement déceler quel cépage vous interpelle ou vous déçoit souvent, celui qui est toujours plein de surprise ou celui qui se marie le mieux avec votre plat favori. Vous aurez donc une meilleure aisance dans la découverte plus détaillée des différents terroirs.

Les anglo-saxons sont férus de cette approche. Leurs vignes étant souvent importées d’Europe, ils apportent une attention particulière au cépage, qui détermine souvent à lui seul la façon dont sera produit le vin. Ainsi, à l’instar du gewurztraminer d’Alsace par exemple, ces bouteilles ont pour simple appellation la variété du raisin employé. Cette conception est toutefois décriée par les oenophiles européens qui pointent du doigt l’absence d’identité propre à chaque vignoble en dehors de son cépage. 

Il existe d’ailleurs un domaine scientifique consacré à l’identification et à la description des différents cépages : l’ampélographie. Du grec ampelos signifiant vigne, cette discipline remonterait à l’Antiquité...

Un peu d’histoire…

De son nom scientifique Vitis vinifera, la vigne cultivée prend ses racines il y a plusieurs dizaines de millions d’années, lorsque nos différents continents n’en étaient qu’un seul. Si pendant bien longtemps aucun consensus n’était établi dans le débat sur l’origine des différentes espèces, les progrès de l’ampélographie ont permis de lever ces ambiguïtés. 

D’après les analyses des scientifiques, le berceau de la vigne ne serait autre que l’Asie. Quelques millions d’années après sa naissance, il y a environ 6 millénaires, la précieuse plante aurait connu ses premières manipulations par l’Homme, puis se serait progressivement répandue à travers le monde par les voies terrestres et maritimes. Cette discipline n’est pas une mince affaire pour les chercheurs.

S’il est fait mention des cépages dans certains écrits antiques, ils ne sont désignés par leurs noms qu’au Moyen-Age et là encore, il est facile de s’y perdre tant les dénominations peuvent être nombreuses pour une seule et même espèce.

 Plus qu’une simple affaire de consensus historique, l’ampélographie soulève aujourd’hui des enjeux majeurs dans l’avenir du vin. En effet, il existerait à l’heure actuelle quelques 6000 cépages sur terre, et pourtant seulement 20 monopolisent le marché. Parmi cette multitude de variétés, certains ont été délaissés pour leurs défauts gustatifs ou leur fragilité, tandis que d’autres sont tombés dans l’oubli au profit de nouveaux croisements attractifs. L’étude des cépages a aujourd’hui à cœur de préserver la richesse de l’univers de la vigne en contribuant à remettre en lumière certains grands raisins millénaires.

 

Vous êtes désormais prêts à découvrir les différents cépages au cours de vos dégustations ! Pour cela, n’hésitez pas à consulter notre vaste sélection de vins.