Créé en 1832, le Château Cheval Blanc est depuis plusieurs années la propriété du groupe LVMH. Nous avons rencontré Pierre Olivier Clouet, directeur technique et marketing depuis 2006.

Présentez-nous Château Cheval Blanc.

Château Cheval Blanc c’est avant tout 10 terroirs historiques, 5 cépages (Cabernet Franc, Merlot, Cabernet Sauvignon, Sauvignon Blanc et Sémillon) et une immense diversité parcellaire. Les plus vieilles vignes ont été plantées en 1920, les plus jeunes en 2018. L’âge moyen des vignes est de 42 ans. C’est avec ces différents éléments, notre équipe et notre nouveau chai, inauguré en 2011, que nous continuons à produire des vins à l’image de Château Cheval Blanc comme nous le faisons depuis 150 ans. Fraîcheur, délicatesse, complexité et garde sont les valeurs de la maison.

Comment se fait l’élaboration d’un grand vin selon vous ?

Chaque parcelle est gérée individuellement à la vigne comme à la cuve. Avant les vendanges, mon équipe et moi parcourons chaque jour la propriété pour goûter un échantillon de chaque parcelle et vendanger au moment parfait. Par exemple en 2018, nous avons vendangé 11 jours étalés sur 38 jours. Après les vendanges, nous goûtons les moûts tous les jours pour définir l’assemblage final. Pourquoi aussi régulièrement ? Parce qu’une seule appréciation ne suffit pas. Il faut connaître chaque parcelle pour qu’elle trouve sa place. A Château Cheval Blanc, nous voulons poursuivre la quête du Cheval Blanc d’hier en y ajoutant de la précision et de la netteté chose que nous pouvons faire grâce aux 44 cuves de notre nouveau chai. Nous ne sommes pas intéressés par la tendance des vins bio ou nature, ni même par la qualité mais bien par la typicité de nos sols et de nos vignes. C’est pour cela que nous ne prenons aucune grande décision sans déguster. Nous ne sommes pas des cuisiniers, nous ne suivons pas de recette. Notre but est d’élaborer chaque année le meilleur Cheval Blanc possible.

Pensez-vous que l’on retrouve votre marque dans vos vins ?

Château Cheval Blanc, c’est 44 parcelles depuis 300 ans. Notre rôle est de les faire jouer ensemble tel un orchestre. On ne crée rien, on accompagne le vin dans l’interprétation du millésime. Nous voulons faire en sorte que le terroir s’exprime sans faire d’erreur. Pour les années exceptionnelles, il faut parfois laisser le millésime s’exprimer et accepter de ne rien faire. La lignée du Château prime sur celle du winemaker, c’est souvent comme ça chez les grands à Bordeaux.

Pourquoi avoir créé Le Petit Cheval Blanc ?

L’idée du Petit Cheval Blanc vient d’Albert Frère qui voulait que l’on imagine un vin Blanc de Cheval Blanc, comme ça, pour voir ce que cela pourrait donner. Ca a d’abord été compliqué, nous avions toujours travaillé les rouges à Château Cheval Blanc et il faut dire que faire un vin blanc est bien plus difficile qu’un vin rouge. C’est en voyant le potentiel de cette cuvée qu’Albert Frère nous a demandé de faire un Grand Blanc. L’important était bien sûr de respecter les valeurs fortes de la maison. Aussi, nous avons fait les choses à notre façon. Nous avons cultivé nos raisins comme des raisins rouges avec une vendange plus précoce. Nous nous sommes accordés sur un élevage long, deux hivers, sur lies, en barrique de grande contenance. Nous avons donc essayé différentes approches pendant plusieurs années, cela nous a permis de comprendre beaucoup de choses sur notre façon de travailler, nous avons d’ailleurs appris à faire de meilleurs vins rouges. Nous avons donc finalement pu proposer à la vente le tout premier vin blanc de Château Cheval Blanc, le millésime 2014.

Découvrez notre sélection de vins du Château ici.