Château Ksara 2013

Château Ksara 2013

New product


Rouge Bouteille 75cl

Ce Château Ksara est l’un des vins emblématiques de ce pays. On peut déjà le constater par sa robe d’une grande pureté avec de beaux reflets rubis.

Après un joli printemps 2013, l’été a été un peu plus frais que les autres années dans les hauteurs des montagnes de la Bekaa Valley. Les raisins ont par conséquent été récoltés un peu plus tard qu’à l’accoutumé. Ce millésime 2013 se distingue donc par sa finesse et sa souplesse, fruités et épicés comme ce Château Ksara.

25,20 €

TTC

062164173b5ee1171f05c51aec337c19.png
Robe Rubis pourpre
Garde Dès maintenant, jusqu'en 2020
Nez Fruité, subtile touche de framboise et de cassis avec un caractère vanillé
Temperature 17 à 18°
Bouche Bonne puissance et longueur accompagnée de tanins fondus. Notes de cuir et d'épices
conseils de dégustation


Viande rouge, gibier, poisson

Charcuterie

Viandes rouges

Plats en sauce

Plats épicés

Gibier

Château Ksara Château Ksara
Le Liban est un des plus vieux sites de production de vin dans le monde. C'est à Baalbeck, la ville grecque ancienne de la Vallée de Bekaa que l'on trouve la majorité des vignes. L'influence française sur le pays est présente à travers les variétés de raisin plantées : Cinsaut, Carignan, Cabernet Sauvignon, Merlot, Mourvedre, Grenache et Syrah. Construites durant la période Romaine puis ensevelies sous les sables, les caves de Ksara furent redécouvertes en 1898 par des moines Jésuites. Elles servirent de refuge durant la Première Guerre mondiale aux jeunes libanais qui ne voulaient pas s'enrôler dans l'armée ottomane. Elles sont maintenant le refuge du vin Ksara où des milliers d'anciennes bouteilles sont préservées. Personne ne sait exactement quand la production de vin a débutée au Liban bien que les Phéniciens, ancêtres des Libanais, étaient certainement parmi les premiers producteurs de vin. Au centre de la vallée de la Bekaa, près de Baalbek, se trouve le territoire de Ksara, (provient de " ksar " ou forteresse au temps des Croisades). Aujourd'hui cette propriété appartient à des investisseurs privés.